L’Angle mort – Régis Debray
9 novembre 2018
Le ministère du bonheur suprême – Arundhati Roy
8 octobre 2018

A ce point de folie

Franzobel
Flammarion - 2018
"Le romancier autrichien a rédigé un roman maritime comme on les aimait au temps de Jules Verne. Il est parti d’un fait historique : le naufrage en 1816 de La Méduse, qui, comme celui du Titanic, est resté dans les mémoires et a inspiré écrivains et cinéastes. Il décrit méticuleusement la vie à bord de ce bateau qui transporte non seulement un équipage mais des familles de notables, fonctionnaires et commerçants, et des soldats, à destination du Sénégal que l’Angleterre vient de rendre à la France. La société, composite, est décrite avec un réalisme caricatural teinté d’humour noir (le gouverneur nommé emporte dans ses bagages…une guillotine !).
Parmi les 400 passagers, l’auteur nous intéresse à un sympathique jeune homme de bonne famille qui a quitté sa province par goût de l’aventure et qui va découvrir la violence et l’horreur. Le navire, commandé par un officier noble dont le seul titre est d’avoir émigré et qui n’a aucune expérience maritime, s’échoue sur un banc de sable, ce qui oblige les passagers à se jeter dans des canots de sauvetage (en nombre insuffisant) ou à monter sur le fameux radeau peint par Géricault.
On suit le calvaire des naufragés dont la plupart finiront tragiquement.

Comme on pouvait s’y attendre, ce beau roman contient des scènes insoutenables."

Françoise