Le chien, la neige, un pied, Claudio Morandini
23 avril 2020
Le Monde des hommes, Pramoedya Ananta Toer
23 avril 2020

Le directeur n'aime pas les cadavres

Rafael Menjiva Ochoa
Quidam-2017
Enfin, enfin, un éditeur reprend le travail des éditions Cénomane qui avait fait traduire et publié les trois premiers volumes de la série "D'une certaine façon de mourir" de Rafael Menjivar Ochoa. Enfin et évidemment c'est Quidam! Ce projet de l'auteur salvadorien nous plonge dans le Mexique d'aujourd'hui, dans les arcanes de son pouvoir dissimulé, les services spéciaux, la police corrompue, le politique de l'ombre, avec une plume d'une noirceur et d'une sobriété parfaite.  5 volumes donc, comme un puzzle, se lisant dans l'ordre souhaité, aboutissant sans doute à un changement de paradigme. Mais un changement réel ? Dans Le directeur n'aime pas les cadavres c'est le milieu de la presse que l'on intègre. Un fils prodigue retrouvant le foyer familial, et son père, propriétaire du journal et qui semble tirer pas mal de ficelles. Des ennemis il en a, des amis, il faut voir. C'est selon. Mais il retrouve bien plus que cela, un milieu puant et dangereux, une belle-mère très énigmatique, des activités qu'il a fui pour tenter l'aventure cinéma. Par soucis de contradiction il sera doublure cadavre pour les films et séries, son père, étant malgré tout, devenu un peu douillet sur le sujet. L'écriture tellement fine et directe de Menjivar Ochoa nous entraine à plein tube dans cette intrigue. Il ne nous donne pas grand-chose, sinon la psychologie aboutie de ses personnages. A nous de faire les recoupements. A nous de démêler l'ensemble. C'est tout en sous-entendus, en images. C'est magistral. "

Librairie Histoire de l'oeil, Manu